Histoire de Susannah Annesley une femme pieuse

p24kkk
« Tu les inculqueras à tes fils et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras » Deutéronome 6.7 (Version Colombe)

Née à Londres, en Angleterre, en 1669, Susannah Annesley était la plus jeune d’une fratrie de vingt-cinq enfants. Elevée dans un foyer chrétien, elle étudiait l’histoire et elle avait appris l’importance de sa foi et l’importance de connaître la Bible. Elle devint passionnée par la Bonne Nouvelle et, chaque jour, elle priait Dieu pour qu’il utilise sa vie. En 1689, elle épousa Samuel Wesley et donna naissance à dix-neuf enfants (parmi lesquels neuf atteignirent l’âge adulte). Elle comprit que là où elle serait la plus efficace pour servir Dieu serait en élevant et en instruisant ses enfants.

Susannah croyait en la discipline et construisit une vie de famille systématiquement fondée sur la prière, l’étude de la Bible et l’enseignement, grâce à sa très grande connaissance de l’histoire. Elle vit les fruits de son investissement, quand deux de ses fils, John et Charles, devinrent leaders dans le « Grand Réveil » qui changea littéralement des vies, à travers le monde. Même adultes, ils continuaient à demander conseil à leur mère. A cause de son influence en tant que mère et en tant que conseillère, elle fut surnommée « La Mère du Méthodisme ».

Même à la fin de sa vie, elle chercha à servir Dieu. Sur son lit de mort, le 30 juillet 1742, entourée de ses enfants, elle fit cette dernière requête : « Aussitôt que je serai libérée, chantez un psaume de louange à Dieu ».

Susannah laissa un exemple d’influence qu’une femme peut exercer sur des millions de personnes, à travers ses mots, sa vie et ses enfants. Aucun d’entre nous ne doit sous-estimer l’importance de mères aussi dévouées qu’elle. Aujourd’hui, cherchons à ce que notre vie puisse compter pour Dieu. Et cherchons à utiliser notre position dans le monde, pour amener des vies à Christ.

Une prière pour aujourd’hui

Père, aide-moi à être une personne qui peut amener les autres vers ton royaume. Donne-moi la passion des âmes. Aide-moi à rester dans la droiture. Au nom de Jésus. Amen

John Ross

.

.

.

.

.

.

Publicités

2 Réponses

  1. Certes, l’époque de Susannah Wesley est révolue; on ne fait plus autant d’enfants et les mères, en général travaillent pour contribuer aux charges du ménage… Quoiqu’il en soit, la Parole de Dieu demeure la meilleure des règles, en ce qui concerne l’éducation des enfants. Le verbe important employé ici est : « inculquer ». C’est dire combien la répétition (en parole comme par l’exemple) des principes bibliques est nécessaire pour marquer les jeunes esprits de nos enfants. Ce devoir est de la responsabilité des deux parents (car cette injonction est adressée à « Israël , donc à tout le peuple de Dieu). Notons que le rôle de cette femme a évolué avec le temps: de « mère », elle est devenue « conseillère » de ses propres enfants. Combien de leçons avons nous à tirer de cette « pensée du jour »! La première est de soigner notre intimité avec Dieu. De celle-ci dépendra notre influence sur notre « prochain » ,(proche comme éloigné).

    J'aime

  2. Puisses Tu Segneur, accorder une double part de Ton Esprit à mes soeurs en Christ, qui exercent lourde charge de Maire de famille; au nom de Jésus, amen.

    J'aime

Merci. Que Dieu vous bénisse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :